TANZANIE :
Inyonga, District de Mlele, Région de Katavi

GESTION COMMUNAUTAIRE DE LA ZONE APICOLE DE MLELE ET APPUI AUX POPULATIONS RIVERAINES

DOMAINE D’INTERVENTIONS
Gestion communautaire des ressources naturelles, Appui et renforcement institutionnel, Appui au développement d’activités génératrices de revenus, apiculture.

PARTENAIRES PRINCIPAUX
Fédération Genevoise de Coopération (FGC), Inyonga Beekeepers Association (IBA), Ministry of Natural Resources and Tourism (MNRT), District Council of Mlele, Inyonga Ecotourism Association (IEA), Tanzania Wildlife Research Institute (TAWIRI), Small Industries Development Organisation (SIDO).

HISTORIQUE DU PROJET

L’ouest tanzanien est encore enclavé et bénéficie de peu d’infrastructures et services publics. Les terres villageoises de la région d’Inyonga sont entourées d’aires protégées sous forme de réserves forestières (avec un double statut de zone de chasse) et des réserves de chasse avec une protection plus stricte. Les communautés locales, principalement composées d’anciens chasseurs-cueilleurs Wakonongo, ont donc peu de droits dans les espaces qui les entourent alors qu’ils dépendent encore des ressources naturelles pour s’approvisionner en nourriture, en bois, en plantes médicinales et bien d’autres usages quotidiens. Le miombo, habitat forestier principal de la région, est riche en plantes mellifères et les Wakonongos pratiquent largement l’apiculture, qu’elle soit leur activité principale ou secondaire. Les apiculteurs de la région ont fait appel à l’ADAP en 2001 afin de les appuyer dans les techniques modernes d’apiculture et le développement du marché du miel. Suite à une démarche participative associant tous les acteurs, les principaux axes d’interventions et objectifs du projet ont été définis de manière collective au cours d’un atelier conduit en mai 2002 à Mpanda. Les apiculteurs réclamaient également plus de droits sur les forêts qui les entourent suite aux nombreux conflits avec les sociétés de chasse et les institutions étatiques de gestion de la faune.

RÉSULTATS OBTENUS
Après plus de 15 ans, les résultats principaux du projets peuvent être résumés ainsi :

  • Les apiculteurs locaux ont réussi à créer une organisation de base communautaire, Inyonga Beekeeping Association (IBA), qui est reconnue par tous les acteurs locaux et régionaux du secteur des ressources naturelles.
  • Une Beekeeping Zone de 850 km2 a été établie dans une partie de la réserve forestière de Mlele et les droits de gestion ont été rétrocédés à IBA (en partenariat avec les villages et le district de Mlele) suite à un accord passé avec le ministère des ressources naturelles et du tourisme. Mlele BKZ est donc la plus grande zone apicole gérées par les communautés en Tanzanie.
  • Plus de 3’000 apiculteurs ont été formés à l’apiculture moderne, plus respectueuse des arbres et des abeilles, qui a permis de passé d’une production de 7 tonnes en 2002 à 120 tonnes en 2014 pour le District de Mlele. Le prix du miel a également multiplié par 10 grâce à une meilleure qualité du miel, conséquence des formations techniques délivrées dans le cadre du projet. La production de miel pour Mlele BKZ seule représente environ 40 tonnes par année.
  • La biodiversité est très importante dans Mlele BKZ, en termes de flore comme de faune. Des études botaniques ont été réalisées en 2004 et 2013 et ont montré une forte diversité d’arbres (124 espèces) et des habitats relativement bien préservés des coupes de bois comparé aux réserves adjacentes et à la moyenne nationale. Un suivi écologique des mammifères mis en place depuis 2008 a permis de montrer que pas moins de 56 espèces de moyens et grands mammifères étaient présentes dans Mlele, indiquant une forte richesse spécifique pour une aire protégée dont les ressources sont exploitées. Un aperçu des images prises par pièges photos et les différents travaux de recherche sont également disponibles sur notre site.
  • Un processus de planification des terres, en partenariat avec les autorités villageoises et le District, a été appuyé par l’ADAP entre 2007 et 2016. Ce processus, qui figure parmi les plus avancés de Tanzanie, a permis de délivrer des titres de propriétés à des centaines d’habitants, de planifier l’aménagement du territoire des villages et de résoudre les conflits fonciers.
  • Des centaines de femmes se sont réunies en groupes économiques enregistrés auprès du District et les groupes de chaque village ont bénéficié de formations dans différents domaines (production de tissus imprimés (batik), production de savon, production de jus de fruits, confitures et vins issus des fruits sauvages). Ces formations leur permettent tout à la fois de générer des revenus et participent également de leur émancipation dans une société fortement dominée par les hommes.

OBJECTIFS POUR LA PHASE EN COURS

  • Les activités illégales constatées au sein de la zone apicole ont diminué.
  • Les colonies d’abeilles et les espèces mellifères sont conservées.
  • La biodiversité présente dans la zone apicole est mieux connue et documentée afin d’évaluer l’efficacité de la gestion et de determiner les niveaux de prélèvements des ressources.
  • Les conditions de vie locales se sont améliorées grâce au développement d’activités génératrices de revenus et à la mise en place des chaînes de production à valeur ajoutée.
  • Les compétences locales en matière de gestion et de gouvernance de la zone apicole ont été améliorées.
  • Les capacités financières des partenaires ont augmenté.

Malgré les résultats très satisfaisants des dernières années, des défis majeurs sont encore à relever dans la gestion des ressources à Mlele car les pressions humaines sur les écosystèmes et leurs ressources augmentent. La population du District Council de Mlele a doublé en 15 ans, principalement à cause de la migration d’agro-pasteurs Wasukuma venus du nord avec leur bétail. Ces derniers se sont installés en périphérie des villages et ont défrichés la forêt pour leurs cultures et leurs pâtures, accélérant le front de déforestation déjà important pour la culture du tabac. Les surfaces cultivées ont augmenté en moyenne de 248% entre 2002 et 2015 et les usagers des ressources forestières sont toujours plus nombreux, que ce soit pour la viande, le bois dur, le miel ou la pêche (voir Mermod, 2016)

  • Lien avec les Objectifs de Développement Durable

  • Quelques images du projet

INFORMATIONS
SUR LE PROJET

Projet en cours depuis
2001
Localisation

13 villages d’Inyonga, Mlele District, Katavi Region, Tanzanie

Budget pour la phase en cours 2016-2019
518’961 CHF dont 476’105 CHF financés par la FGC
Bénéficiaires du projet

5’000 personnes (apiculteurs, groupements de femmes et écogardes)

Partenaire local:

Inyonga Beekeepers Association (IBA)

Project supervisor : M. Shabani Halfani

Responsables pour l’ADAP

M. Yves Hausser
M. Fabrice Buffard

Télécharger le document du projet

Pour plus d’informations, contactez-nous.